Les Sages Apalants par Marie-Sabine Roger et Bruno Pilorget

LessagesApalants-2C’est l’histoire du grand père du narrateur qui visite le monde et arrive dans l’univers des Apalants, une tribu inconnue.  Il reste avec eux avant de rejoindre les siens.

L’album nous présente une histoire assez courte mais cependant d’une poésie remarquable. Il nous invite, par ses illustrations magnifiquement colorées et fines, au voyage dans le pays de l’imaginaire.

A retrouver aux Editions Sarbacane : http://editions-sarbacane.com/les-sages-apalants/

Publicités

Une poignée d’argile par Marie-Sabine Roger

La fille de Jean-Paul nous raconte comment son père a disparu.
Une longue partie de ce roman est basé sur les réactions, les attitudes, les comportements de la narratrice et de sa mère qui ont du mal à vivre cela. Mais ce n’est pas une disparition comme on peut le penser et c’est donc beaucoup plus dur à supporter.Nous vivons avec la fille du salaud son enfance, plus ou moins délabrée et cette phrase est significative : « Mais il est vrai qu’il
reste peu, au fond du crible, une fois la vie tamisée »
Nous vivons aussi son entrée au collège, et puis sa découverte d’un lieu où elle pourra s’épanouir pour oublier le mutisme quotidien de sa mère. Un lieu où l’art s’installe dans ses mains fragiles, d’abord le dessin puis la sculpture grâce au fleuriste qui travaille en dessous de chez elle. Et c’est là que s’exprime toute la beauté de ce roman, comme une fleur qui éclot après la pluie.
Et c’est tout le style de Marie-Sabine ROGER, qui s’intéresse souvent aux gens cassés par la vie, des gens qui en apparence, on l’air de bien vivre mais qui, au fond, ne dise rien de leur mal qui les ronge jour après jour. Dans ce roman, ce sont les phrases courtes qui règnent, des phrases qui rythment le
récit d’une force inégalée. On retrouve les mots imagés et les mots qui se croisent bien que contraires dans leur sens mais qui le trouvent ensemble dans l’écriture de l’auteur de La Tête en friche (adapté en film).
Je vous invite donc, à découvrir et à ressentir cette poignée d’argile qui ouvre la porte d’une vie meilleure…