La vie tranchée par Bénédicte de Mazery

9782012814462FSA l’occasion de l’anniversaire du centenaire de 14-18, je vous propose la critique d’un livre paru en 2012.

Après trente-quatre mois de front, Louis se retrouve à l’hôpital pour être soigné de ses doigts de pied qui sont morts à cause du froid. Il sort inapte au combat et est affecté au contrôle postal des courriers envoyés du front aux familles et vice versa. Il découvre ici la description de la guerre avec les mots. Il doit alors saisir les courriers qui transmettent un moral morose ou noircir les expressions trop déprimantes pour garder le bon moral du pays pendant ces quatre années d’enfer. Louis revoit son ami de guerre, Fernand, qui lui, déclaré de nouveau apte, repart au front sauf que celui-ci ne pourra pas, il déserte…S’ensuit alors de gros ennuis pour Louis.

Un long récit qui décrit avec précision chaque détail de la vie de cet homme dans un service peu connu du courrier postal. Cela permet à chaque lecteur de découvrir comment l’état et l’armée était au contrôle pendant que des milliers d’hommes appelaient leur mère sur le champ de bataille dans des conditions inhumaines. Un récit dur et qu’il faut entamer à partir du lycée selon moi.

Je vous écrirai par Paule du Bouchet

SC_JEVOUSECRIRAI.indd

On commence ce livre par des lettres avec en alternance un récit chronologique qui part des faits passés en allant vers l’actualité du contenu des lettres. Une écriture donc très habile mais parfois trop longue. Que raconte ces lettres et ce récit ? L’histoire d’une jeune fille quittant ses parents pour s’installer à Paris avec une amie d’enfance qui est aussi sa conseillère pour cette entrée dans le vrai monde. Nous sommes dans les années 50. Les semaines avançant, sa curiosité l’amènera à découvrir des univers variés du monde parisien et notamment le théâtre de Tchekhov. La séparation d’avec les parents étant assez difficile, Malia va leur écrire régulièrement pour donner et prendre des nouvelles. Ce sont ces échanges que nous suivons. Peu à peu, les parents vieillissent, le père est atteint d’un cancer et cherche à parler à sa fille avant sa mort. Il ne réussira pas à révéler ce secret que sa mère dévoilera avec déchirement un peu plus tard : Matteo, cet homme qui l’a élevé n’est pas son père naturel. Il s’agit là de la première claque de la vie et ce ne sera pas la dernière.

Cette jeune fille va devenir très vite une jeune femme qui devra porter des charges que l’on ne désire pas. L’auteur nous fait bien ressentir cette époque d’après-guerre, les différences d’éducation en France, le monde parisien…

Livre très intéressant mais qui convient aux jeunes adultes à partir de 17-18 ans. Certains passages ou descriptions de scènes sont un peu trop longues. Ce n’est pas mon préféré parmi les ouvrages de Paule du Bouchet.